Marisa et Tana

Rang C

Tana : Oh ! Vous appartenez à la bande des mercenaires de Gerik, non ?

Marisa : Vous êtes la princesse de Frelia, non ?

Tana : Oui, c’est exact. Je suis Tana. Comment vous appelez-vous ?

Marisa : Marisa.

Tana : Enchantée, Marisa ! Je voulais juste vous dire combien je vous appréciais tous. Je veux parler de vous et des autres mercenaires. C’est grâce à vous que nous gagnons tous ces combats.

Marisa : Je suis payée pour ça. Inutile de me remercier.

Tana : Mais on m’a toujours dit que les mercenaires étaient des rebelles, des criminels et des infidèles. Mais vous n’êtes rien de tout ça. C’est pourquoi je voulais vous remercier de vous battre pour nous d’une façon aussi acharnée et engagée.

Marisa : Ce n’est pas par loyauté envers vous ou envers votre royaume. Je suis heureuse quand j’ai l’occasion de dégainer mon épée.

Tana : Ah… vraiment ? Mais ça ne compte pas ! Vous nous aidez maintenant, et je sais que vous ne nous trahirez pas.

Marisa : Je me moque de ce que vous pensez. (elle part)

Tana : Mais, mais… Hé, attendez ! Décidément, elle n’est pas très sociable…


Rang B

Tana : Ohé, Marisa !

Marisa :

Tana : Qu’avez-vous ? Que se passe-t-il ? Oh ! N’avez-vous jamais vu de pégase ?

Marisa : Magnifique…

Tana : Serait-ce la première fois que vous voyez un pégase de si près ?

Marisa : Oui. Je me suis déjà battue sous des chevaliers pégases, mais je n’ai jamais été aussi près.

Tana : Eh bien ? Qu’en pensez-vous ?

Marisa : … Je croyais qu’ils avaient des pattes plus délicates, vu qu’ils volent si souvent.

Tana : Oh, ils savent aussi galoper très vite. Ils ne doivent pas toujours voler.

Marisa : Intéressant. … C’est un animal magnifique. D’une grande force et d’une grande beauté.

Tana : Vous voulez le toucher ? Caressez-lui la tête. Achaeus adore ça.

Marisa : Le… toucher ?

Tana : Bien sûr. Allez-y ! Sauf si vous avez… peur.

Marisa : Je n’ai pas peur. Très bien… (elle s’avance) …

Tana : Voilà… … Vous voyez ? Il est content.

Marisa : Votre pégase s’appelle… Achaeus ? C’est un nom beau et fort.

Tana : Merci. C’est Syrene qui l’a appelé ainsi. Syrene est un chevalier pégase et mon mentor. Je rêve d’avoir sa grâce et sa force. Et comme Syrene, je transmettrai mon savoir aux nouvelles générations.

Marisa : Je vois. Mon seul objectif consiste à perfectionner mon jeu d’épée.

Tana : Oh, mais c’est un objectif fort louable ! Dans ce cas, poursuivons nos efforts, vous voulez bien ?

Marisa : Oui.


Rang A

Tana : Marisa, est-ce difficile de perfectionner votre jeu d’épée ?

Marisa : Oui. Je m’entraîne quotidiennement. J’ai combattu plus d’un millier de fois et j’ai gagné chaque combat. Quand bien même, je suis loin de voir le bout du tunnel.

Tana : Incroyable… Peut-être êtes-vous trop exigeante envers vous-même.

Marisa :

Tana : Je remarque les efforts surhumains que vous faites pour devenir imbattable à l’épée. Mais si vous restez focalisée sur l’objectif, il est probable que vous l’atteignez sans même le remarquer. Et je sais que vous allez l’atteindre.

Marisa :

Tana : Qu’y a-t-il, Marisa ?

Marisa : Pourquoi perdez-vous votre temps à parler avec moi, madame ?

Tana : Oh, ne devrais-je pas vous parler ?

Marisa : Là n’est pas la question.

Tana : Au début, je vous trouvais brusque et… un peu intimidante aussi. Mais vous n’êtes pas du tout comme ça. Vous êtes juste timide et vous ne brillez pas dans les conversations.

Marisa : Comment ?! Savez-vous que beaucoup me craignent ?

Tana : Oh, mais j’en suis sûre ! Votre grâce à l’épée est un autre sujet. Quand vous vous battez, vous êtes différente. Vous êtes plus réfléchie. Vous êtes entièrement dévouée à votre objectif. Vous avez un regard si songeur, comme si vous étiez éperdument amoureuse.

Marisa : Vous semblez avoir une opinion bien arrêtée, madame. Inutile de débattre.

Tana : Nous sommes donc d’accord ! Oh, mais il y a autre chose. Appelez-moi Tana. Vous n’êtes pas obligée de m’appeler "madame".

Marisa : Pourquoi ?

Tana : Nous sommes amies maintenant.

Marisa : Amies ?

Tana : Oui ! Alors, appelez-moi juste Tana. Je veux que vous oubliez titres te formalités quand nous sommes ensemble. Vous dites que vous consacrez votre vie à l’épée, mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas avoir d’amis, n’est-ce pas ?

Marisa :

Tana : … Eh bien, Marisa ?

Marisa : … L’idée ne me… déplaît pas.

Tana : Formidable ! Ouf, j’ignore ce que j’aurais fait si vous aviez refusé. Ça y est, Marisa, nous sommes amies, n’est-ce pas ?

Marisa : Absolument, Tana.


Posté par VladDeGoldenSun à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire