Tethys et Artur

Rang C

Tethys : (seule) Restez ici un instant, mon enfant.

Artur : Enfant ? C’est à moi que vous parlez ?

Tethys : Oui. Approchez. Je ne mords pas.

Artur : (il arrive) Puis-je vous être d’une quelconque assistance, madame ?

Tethys : Pourriez-vous vous tourner ?

Artur : Comment ? Me tourner ? Comme… ceci ?

Tethys : Hum… pas mal. Pas mal du tout. Vous avez une silhouette gracieuse. Et vous êtes joli garçon. Ce serait du gâchis que vous restiez un simple clerc.

Artur : Joli garçon ? Moi ? Vous le pensez vraiment ?

Tethys : Oui, vous avez un beau visage. Dites-moi… accepteriez-vous de danser avec moi ? Vous avez un potentiel énorme, je le sens. J’ai besoin d’un partenaire. Après cette guerre, je crois que vous seriez la personne idéale.

Artur : Je… ne sais pas quoi dire. Danser, ce n’est pas ma tasse de thé.

Tethys : Vous ne pouvez rien affirmer avant d’avoir essayé. Bref, d’après ce que je vois, je crois que vous avez ce qu’il faut. Faites-moi confiance. Les métiers spirituels sont sans avenir. Devenez danseur !

Artur : Je crains ne devoir vous contredire. C’est ma vocation, vous savez. Euh… si cette conversation est terminée, voudriez-vous bien m’excuser ?

Tethys : Oh. D’accord, mais… Comment vous appelez-vous, mon enfant ?

Artur : Je me prénomme Artur.

Tethys : Je suis Tethys. Je suis danseuse. Ne l’oubliez pas.

Artur : Hem ? Tethys ?

Tethys : C’est exact. A plus tard, mon enfant. Réfléchissez à ma proposition, vous voulez bien ?

Artur : Je ne crois pas être fait pour danser…


Rang B

Tethys : Vous souvenez-vous des pas de danse que je vous ai montrés l’autre jour, mon enfant ? Non ? Je vais vous les remontrer. Soyez attentif, car ce sera à vous juste après.

Artur : Tethys, nous sommes engagés dans un combat. Ça ne peut pas attendre ?

Tethys : Non, mon enfant, nous devons nous entraîner tous les jours. Je refuse d’avoir un partenaire qui manque de pratique.

Artur : Cessez donc de me persécuter ! Je ne suis pas votre partenaire. Je ne veux pas ! Et vous voulez bien vous abstenir de m’appeler "mon enfant" devant tout le monde !

Tethys : Ça vous dérange de paraître plus jeune que moi ? Après tout, vous avez une si jolie peau. Puis-je vous… caresser les joues ? (elle se jette sur Artur)

Artur : Ah… normalement, les gens attendent ma réponse avant de commencer à… euh… me toucher. Euh… pourriez-vous arrêter, s’il vous plaît ?

Tethys : Incroyable ! Votre peau est aussi douce que du velours !

Artur : Euh… excusez-moi… Ah… je dois protester… S’il vous plaît… arrêtez…

Tethys : Dites-moi votre secret !

Artur : Je… Je n’ai pas de secret ! Oh… vous voulez parler de ma peau. Après l’avoir soigneusement nettoyée, je la frotte avec des feuilles de manon.

Tethys : (elle recule à sa place initiale) Des feuilles de manon ? Ces choses qui grattent et démangent ? Je croyais qu’elles ne laissaient que des rougeurs. Je vais essayer ! A plus tard, mon enfant ! Je reviendrai m’assurer que vous pratiquez vos pas de danse et que vous progressez. (elle part)

Artur : Hem ? Mais… je ne veux pas devenir danseur… Je… Pfff…


Rang A

Tethys : Regardez qui vient me voir ! Je suis contente que vous fassiez preuve d’initiative, mon enfant. Vous devez beaucoup vous entraîner, hein ? Eh bien, montrez-moi où vous en êtes !

Artur : Je vous en prie ! J’ai un nom. Je ne suis pas un enfant. Mon nom est Artur ! Et… je trouve votre idée de faire de moi un danseur complètement grotesque. Je n’ai aucune envie d’apprendre à danser, vous comprenez ?

Tethys : Je suis contente que vous soyez ici, car j’ai quelque chose à vous demander.

Artur : Qu’est-ce que c’est ?

Tethys : J’ai appliqué des feuilles de manon sur mon visage, comme vous me l’aviez conseillé, mais regardez… Ma peau est irritée, comme je vous le disais. Regardez là, sur ma joue.

Artur : Euh… peut-être que vous avez frotté trop fort, non ?

Tethys : Eh bien… regardez par vous-même.

Artur : Je ne suis pas sûr que le moment soit opportun. Le combat n’est pas terminé.

Tethys : Ça ne prendra que quelques secondes.

Artur : Bien, bien… mais dépêchons-nous. (il avance à côté de Tethys)

Tethys : Mais vous regardez mal. Approchez-vous. Plus près. Regardez par ici… Vous voyez ? C’est tout rouge, non ?

Artur : Un peu, mais… il n’y a vraiment pas de quoi s’alarmer. (Tethys se colle à Artur) Ah !!! (il recule) Si vous tournez la tête sans crier gare… votre visage est… Il est si près du mien…

Tethys : Mmmm… vous rougissez. Vous allez bien, mon enfant ?

Artur : Je vais bien, mais… Quand vous êtes près de moi, mon cœur…

Tethys : Bat la chamade ?

Artur : Oui…

Tethys : Pour être honnête avec vous, vous ressemblez à mon premier amour.

Artur : Ah… vraiment ?

Tethys : Mais il est allé vivre ailleurs et je ne l’ai plus jamais revu. Oh, ça ravive tant de souvenirs ! Lui et moi, nous n’avions même pas dix ans…

Artur : Vous sous-entendez que j’ai l’air d’un enfant de dix ans ?

Tethys : Oui. Ses yeux étaient aussi étincelants que les vôtres.

Artur : … Je vois… Je connais aussi quelqu’un qui vous ressemble.

Tethys : Oh, vraiment ? Et qui est-ce ?

Artur : Ma mère. Elle avait l’habitude, comme vous, de m’appeler "mon enfant". A l’époque, ça ne me déplaisait pas, mais je suis un adulte maintenant.

Tethys : Oh… Vous êtes une sorte de fils à maman, n’est-ce pas, Artur ?

Artur : Pardon ? Un fils à maman ?

Tethys : Hi hi… Très bien. Je vais vous materner. Appelez-moi "maman", mon enfant.

Artur : Euh… je… Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. De plus, je l’appelais "mère", et pas "maman". Donc…

Tethys : Je plaisante. Je voulais juste vous taquiner ! Toutefois, je suis sérieuse au sujet de votre carrière de danseur. Votre jolie silhouette et la grâce de vos mouvements attestent de votre talent. Vous feriez un partenaire idéal. Pensez-y, d’accord ?

Artur : Oh, j’allais oublier. C’est ce dont je désirais vous parler. Je ne veux pas… (Tethys part) Euh… excusez-moi. Tethys, vous voulez bien m’attendre ?!


Posté par VladDeGoldenSun à 17:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    wow

    he la tethys drague artur ou quoi

    Posté par asran, 18 janvier 2006 à 15:10

Poster un commentaire