Tethys et Marisa

Rang C

Tethys : Dis-moi, Marisa, tu es gauchère, non ?

Marisa : Comment le sais-tu ?

Tethys : Eh bien, tu tiens ton épée de la main gauche, n’est-ce pas ?

Marisa : Non, je peux la tenir dans n’importe quelle main. Mais c’est vrai que ma main gauche est plus puissante.

Tethys : C’est un peu comme un signal d’avertissement : ta main gauche est synonyme de danger.

Marisa : Un signal d’avertissement…

Tethys : Mais il y a une chose que je ne comprends pas : pourquoi dors-tu toujours sur le côté droit ? Tu sais que tu ne te retournes jamais quand tu dors ? Et que tu sursautes au moindre murmure ? T’arrive-t-il de dormir à poings fermés ?

Marisa : Je n’ai pas le choix, si je veux survivre.

Tethys : Je trouve que tu exagères.

Marisa : Je dors de façon à ne pas gêner les mouvements de mon bras dominant. Ainsi, si je me fais attaquer, mon bras le plus puissant est prêt à frapper.

Tethys : Hum… est-ce que tous les épéistes dorment ainsi ?

Marisa : Si on te coupe ton bras dominant, tu perds l’avantage. Tu es donc condamné à mourir.

Tethys : Ton bras ne fatigue donc jamais ? N’y a-t-il pas des moments où tu ne peux plus l’utiliser ?

Marisa : Non. Mon père m’a entraînée lorsque j’étais petite. Ça n’arrive donc jamais.

Tethys : Lorsque tu étais petite ? Comment ? Les enfants se retournent souvent pendant leur sommeil.

Marisa : Mon père plaçait des épées émoussées dans mon lit pour m’empêcher de bouger.

Tethys : Ton père faisait ça ? Mais c’est dangereux !

Marisa : Non, les lames n’étaient pas tranchantes. Et ça a marché. Je ne bouge pas en dormant.

Tethys : Dis donc, les épéistes ont des méthodes d’entraînement brutales ! J’ai eu de la chance d’être un enfant moyen. J’étais pauvre, mais je pouvais dormir librement.


Rang B

Marisa : Tethys. Tu es droitière ?

Tethys : Serait-ce un miracle ? Tu as commencé une conversation !

Marisa : Quand tu danses, tu bouges tut le temps le pied droit en premier.

Tethys : Je suis vraiment impressionnée que tu aies remarqué ce détail. Mais les pas de danse n’ont rien à voir avec le fait d’être droitier ou gaucher. La danse permet juste de s’exprimer au moyen des mouvements de son corps. Toutes les expériences de chacun sont extériorisées suivant la manière dont on danse.

Marisa : Les expériences ? Quel genre d’expériences ?

Tethys : Ça, ma chère, c’est mon secret. Ceci étant dit, je suis un cas particulier. Ma vie a pris de drôles de tournants, et c’est ce qui m’a incitée à danser. Et quand je danse, je suis heureuse.

Marisa : Hum. Tes danses redonnent du courage aux gens. Danser te va bien.

Tethys : N’est-ce pas ? Tous les mercenaires le pensent également. Maintenant que tu comprends mes danses, te voilà un membre à part entière de l’équipe de Gerik.


Rang A

Tethys : Dis-moi, Marisa, ça t’es déjà arrivé de vouloir renaître ?

Marisa : Renaître ?

Tethys : Tu sais bien, te réincarner en quelqu’un d’autre ? Si tu pouvais renaître, qui voudrais-tu être ? Peut-être une belle danseuse comme moi ?

Marisa : Non, je veux juste rester moi-même. Je me vois mal dans la peau de quelqu’un d’autre.

Tethys : Je m’attendais à cette réponse. Moi non plus, je ne peux pas m’imaginer dans une autre vie. Ça veut donc dire que nous sommes heureuses, malgré toutes les épreuves auxquelles nous sommes confrontées.

Marisa : Je suppose…

Tethys : C’est notre époque qui veut que nous fassions face à ces pénibles épreuves. Mais nous sommes vivantes, ce qui signifie que nous vivons aussi des choses fort agréables. Parfois, j’ai envie de renaître à une autre époque, mais le plus important, c’est de ne jamais abandonner et de profiter au maximum de la vie.

Marisa : C’est le néant qui succède à la vie. La réincarnation n’est que fabulation.

Tethys : Eh bien, tu as peut-être raison.

Marisa : Nous n’avons qu’une seule chance. Combattre est mon unique option.

Tethys : Tu sembles entièrement satisfaite d’être qui tu es, n’est-ce pas ? Nous menons des vies très différentes, mais nous avons ça en commun. Ça et le même homme, n’est-ce pas ?

Marisa : Quoi ?! Que veux-tu dire ?!?

Tethys : On ne peut rien me cacher. De plus, tu n’es pas très discrète.

Marisa : Je ne cache rien du tout !

Tethys : C’est une réaction fort intéressante. Les jeunes sont si rafraîchissants.

Marisa : Pourquoi souris-tu ?! Ah…

Tethys : Ne sois pas gênée. Nous allons nous croiser de nombreuses fois encore. Nous devrions papoter plus souvent.

Marisa : Je dois y aller !

Tethys : Tu n’as pas besoin de fuir. Nous sommes certes des rivales, mais nous sommes aussi des amies.

Marisa : Je ne m’enfuis pas ! Je pars… c’est tout !


Posté par VladDeGoldenSun à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire